Une nouvelle vision des chakras

Les théories sur les chakras sont florissantes en ce moment. chakraOn en trouve partout, sur internet, dans les journaux, dans les rayons de la Fnac, etc. On nous parle de l’énergie ‘Kundalini’ qui part depuis le chakra racine (Muladhara en sanskrit), et qui peut nous mener à ce qu’on appelle la montée de Kundalini. L’énergie qui se répand alors dans tous les chakras, provoque ainsi l’éveil de tous les centres énergétiques (pour autant qu’ils soient épurés) jusqu’à l’extase (le Samahadi) !

De la terre au ciel

Donc, nous avons toujours cette vision de l’énergie qui monte de la terre vers le ciel. C’est aussi, une manière d’aborder les chakras qui semble compatible avec notre culture. Nous autres Occidentaux avons l’habitude des références au fait de « monter au ciel » auprès de Dieu.  Nous baignons dans un contexte où les différentes religions et courants spirituels évoquent avant tout l’élévation spirituelle de l’Homme.

Le mot est dit: l’Homme doit s’élever. S’élever vers quoi ? Vers sa nature céleste, divine, ou plus abruptement pour d’autres courants de pensées, il doit se dépêtrer de cette vie terrestre (pleine de difficultés), que l’on symbolise par la carte du fumier dans le tarot de Marseille et monter dans la grâce divine. Il y a donc le bas et le haut, et comme pour les classes sociales nous avons plutôt été éduqués à chercher à nous élever. Un ciel plein de promesses donc, qui nous sont resservies par la plupart des théories un peu simplistes sur les chakras.

Le paradoxe énergétique

Alors je propose un autre point de vue. Il y a un paradoxe dans le cheminement énergétique de l’être humain. Nous nous élevons, notre énergie éveille les chakras certes, mais l’énergie qui monte à pour contraire l’énergie qui descend. S’éveiller revient aussi à accueillir l’énergie spirituelle ou céleste. Et accueillir l’énergie céleste c’est accepter et comprendre le mouvement descendant de l’énergie dans notre corps.

L’homme se tient debout entre ciel et terre. Il est nourri par l’énergie terrestre qui « monte » mais également par l’énergie spirituelle qui « descend » à travers les chakras supérieurs. C’est cette particularité qui fait la richesse de l’humanité. Nous sommes le lieux de rencontre du ciel et de la terre, l’incarnation manifeste de ces deux polarités complémentaires.

On parle beaucoup en ce moment de l’éveil du cœur, qui consiste en l’éveil du chakra du cœur (Anahata). Cet éveil serait issu de la montée d’énergie jusqu’à la libération du potentiel du chakra du cœur.  Je ne le conteste absolument pas, mais jetons un coup d’œil à la « descente » d’énergie céleste depuis le ciel. Selon ma compréhension, les chakras s’éveillent en effet de la double action de l’énergie terrestre et de l’énergie céleste (ou spirituelle).

Lorsque l’énergie céleste irrigue le corps

L’énergie qui « descend » du ciel a un taux vibratoire très léger. A l’inverse de l’énergie terrestre, qui nous offre sa densité et sa force vive et vitale. Elle est subtile et puissante. Pour descendre dans le corps elle doit passer par le septième chakra, appelé chakra coronal (ou Sahasrara) et en passant à travers lui, elle l' »éveille » – c’est-à-dire qu’elle l’amène petit à petit à fonctionner dans toute sa complexité et sa multitude. Lorsque que quelqu’un a un un chakra coronal qui s’ouvre, il s’ouvre à une notion d’absolu, d’illimité. Cela se manifeste par une vision plus globale, une sensation de faire partie d’un tout, l’impression d’être soutenu par une force plus grande que soi, ou encore une notion accrue de la spiritualité (quelle qu’elle soit) par exemple.

Puis vient le chakra du troisième oeil (ou Ajna). Ajna est un centre énergétique complexe qui peut nous amener à voir clair, à être lucide. De par ma propre expérience, le troisième oeil offre un état de clarté mentale et de distance avec le monde et sa propre éducation. Et puis, voir avec le troisième œil, c’est-à-dire placer sa conscience en Ajna, c’est se connecter avec les mondes vibratoires ayant la même fréquence que lui et donc à terme, avec le monde subtil. Il y a déjà beaucoup d’entre nous qui ont connu ou connaissent la vie avec ces deux chakras canalisant les énergies célestes.

Lorsque l’énergie céleste descend dans le chakra de la gorge (ou Vishuddha) nous nous mettons à émettre une parole inspirée. L’énergie céleste nous permet de nous lier avec le réseau d’énergie et d’information qu’est le monde. Si c’est accompagné d’une vague sensation d’ouverture du chakra coronal, on aura l’impression d’être en lien avec le monde ou les gens, le chakra de la gorge commence alors à manifester plus concrètement le divin. C’est encore un domaine subtil car il s’agit de mots, mais ces mots sont d’or. Vous connaissez ça vous aussi, ce sont les mots inspirés. Les lecteurs d’âmes, les guides spirituels, cette gamine qui vous dit ce que vous aviez exactement besoin d’entendre, votre voisine qui semble soudain calme et s’exprime d’une manière tellement agréable. C’est la parole qui guérit, celle qui nous fait nous sentir plus grands et plus forts. La parole inspirée.

Après la parole, les actes. Nous en arrivons au chakra du cœur (Anahata) et lorsque l’énergie céleste se diffuse en lui, alors nous devenons présents à nos actes. C’est le fait d’agir en étant relié au monde et à sa propre guidance supérieure, à son intuition. La période que nous vivons va devenir intéressante car tout ce qui se produit pour nous. Nous vivons en effet en ce moment un changement de paradigme sociétal car nous sommes « invités » à passer d’une conception de la réalité principalement vécue depuis le chakra du plexus solaire (Manipurna) à une conception de la réalité vécue depuis le chakra du cœur. C’est ce que beaucoup de gens appellent « l’éveil », mais il s’agit à mon sens d’un éveil parmi d’autres. Néanmoins, celui-ci a la particularité de faire passer la majeur partie de l’humanité de manière rapide d’une conscience basée sur le troisième chakra à une conscience basée sur le chakra du cœur. Et ça c’est un gros et magnifique bouleversement.

Que se passe-t-il lorsque le cœur accueille l’énergie céleste ? Nous redéfinissons nos valeurs et nos actes. Afin de mieux comprendre, il faut mettre en relation la descente d’énergie céleste et l’éveil des chakras avec la manière dont nous vivons la spiritualité. Très grossièrement, lorsque le chakra coronal s’ouvre à l’énergie céleste, il y a une notion accrue de la spiritualité.

Le chakra du troisième oeil, Anja nous ouvre à quelque chose de différent, de mon expérience on est « exposé » soudain au monde subtil. Néanmoins il y a encore deux mondes: le monde terrestre avec nos amis, collègues et la tasse de café, et le monde de ces trucs bizarres dans le genre: « tiens, j’ai cru apercevoir une lumière, quelqu’un enfin je ne sais pas trop… ».

Ensuite, lorsque l’énergie spirituelle est accueillie par le chakra de la gorge, c’est la transmission de la parole inspirée. Les mots coulent tout seuls, c’est juste, c’est étrange mais c’est agréable.

Et le cœur, dans tout ça ?

Le cœur qui s’ouvre à l’énergie céleste, c’est le changement de paradigme. C’est la spiritualisation de la matière. L’énergie peut descendre par l’intermédiaire du cœur jusque dans les mains: ce sont des soins énergétiques par exemple. C’est la matérialisation de l’énergie spirituelle, c’est l’alignement entre l’âme et le cœur, c’est le cœur qui s’ouvre très, très grand à ce que l’on sent être soi, à sa nature spirituelle et divine. A notre moi véritable. Mais attention, cela amène à prendre conscience de tous les mensonges que l’on se raconte à soi-même par confort intellectuel, paradoxalement ça peut aussi faire très, très mal.

Et la suite ?

Accueillir l’énergie céleste dans le cœur c’est déjà un sacré boulot.

chakra-coeur
Ah bon ?! Nous avons une essence divine ?

En fait, c’est quelque chose de très complexe qui peut nous perturber et nous compliquer l’existence. Pourquoi ? Parce que nous sommes dans une société encore imprégnée par l’idée que Dieu est extérieur à nous, qu’il y a une spiritualité qu’il nous est difficile d’atteindre et pour laquelle il nous faut des guides, que nous n’avons pas accès directement à notre nature divine. Ce n’est pas facile d’incarner un tel changement, dans une société qui est encore configurée « à l’ancienne », c’est-à-dire selon un modèle énergétique basé en majorité sur le troisième chakra.

Mais la suite ? Parce que cette énergie spirituelle c’est comme une fontaine, il n’y a potentiellement aucune raison qu’elle s’arrête ! J’ai envie de parler brièvement de la suite car internet manque d’informations à ce sujet. Lorsque l’énergie céleste vient abreuver le chakra du plexus solaire, que celui-ci s’ouvre au divin, alors nous arrivons dans le domaine de la connaissance innée, du savoir universel et absolu. Donc s’il y a des choses que vous connaissez sans jamais les avoir apprises, ne paniquez pas. Vous n’êtes pas anormal. Mais vous vivez l’expérience terrestre depuis un niveau vibratoire un peu moins commun. Cela peut paraître très abstrait et ça l’est tant que l’on ne l’expérimente pas. Le mental devient l’ami, l’accompagnant de l’énergie spirituelle. Il travail AVEC l’intuition. Il s’agit tout bonnement d’une révolution, d’une réalité « magique », qui si on ne la vit pas, n’est même pas imaginable.

Je n’ai pas les détails concernant l’énergie céleste dans les chakras qui viennent ensuite et je ne suis pas à même de les comprendre. Néanmoins, ce que je peux dire c’est que nous sommes comme des antennes. Nous canalisons aussi l’énergie divine (même sans nous en rendre compte). Et plus elle s’écoule en nous, plus notre taux vibratoire monte, plus nous vivons la matière de manière spiritualisée. La matière a toujours été spirituelle mais cela dépend depuis quel niveau vibratoire on l’aborde. Ce qui est vrais pour une personne (et donc dans une réalité vibratoire) est absurde pour une autre. Alors, soyons tolérants les un envers les autres.

Publicités

La mémoire universelle

Aujourd’hui, j’ai simplement envie de vous raconter mon expérience des annales akashiques. C’est un sujet peu connu et un savoir ancestral, difficile à appréhender et à concevoir.

Les annales akashiquesbook-2869_1920

Je les appelle souvent ainsi, mais elles ont de nombreux noms suivant les traditions. On parle également notamment de la bibliothèque universelle, de la bibliothèque de la terre, des bibliothèques de l’âme, des archives de l’âme. J’ai même été étonnée de trouver un rayon assez important sur les annales akashiques dans les grandes librairies. Toujours est-il qu’il s’agit d’un savoir fort ancien. Apparemment et peu importe les noms, de tous temps certaines personnes ont eu accès à cette gigantesque source d’information.

Je pense que je suis encore loin de comprendre l’immense potentiel de cette bibliothèque universelle. Je commence à me documenter sur le sujet depuis quelques temps et j’étais bien loin d’imaginer l’ampleur de cette étrange base de donnée ! Aussi, je vais simplement vous livrer ici ma manière instinctive de comprendre et percevoir la bibliothèque universelle.

La mémoire universelle

Depuis l’enfance, j’ai une conception de l’espace/temps assez particulière. J’ai mis du temps à me rendre compte que je ne percevais pas le temps et l’espace comme la plupart de mon entourage. Toute petite, j’avais découvert cette citation de William Blake:

Voir le monde dans un grain de sable

Et le paradis dans une fleur sauvage
Tenir l’infini dans le creux de sa main
Et l’éternité dans une heure.
W. Blake

Elle m’avait énormément touchée. A vrais dire, c’est exactement cela: je ne perçois pas le temps comme quelque chose de linéaire mais plutôt comme une sorte d’absolu, centralisé. Passé – présent n’ont jamais eu de sens pour moi. Il m’a toujours semblé que tous les temps se réalisaient en même temps, peut-être en parallèle, peut-être en strates.

A l’âge adulte, j’en suis arrivée à percevoir l’air qui m’entourait comme presque solide. Cet ‘air’ c’est ce que l’on nomme akasha: une sorte d’élément bien connu de la tradition indienne. L’akasha est un élément qui lie les autres, il est invisible mais bien vibrant. Il est comme le liant des mondes. Dans l’akasha se trouve la mémoire du monde. C’est-à-dire que cet élément agit comme une base de donnée, il enregistre tous les éventements qui ont eu lieux.

La bibliothèque universelle

Cette ‘bibliothèque’ n’est donc pas à un endroit précis mais partout où se trouve de l’akasha.  Bien-sûr, ce n’est pas une bibliothèque physique mais une sorte de bibliothèque énergétique, un espace sacré.

Ceci est donc le premier point: les annales akashiques sont consultables partout, elles sont universelles. Deuxième élément: pour accéder à cette immense source d’information, il faut selon moi concevoir le temps et l’espace d’une manière non-linéaire. Enfin, il existe bien des méthodes pour consulter cette bibliothèque énergétique, différentes selon les traditions. Toute ont en commun le sens du sacré. Il faut pour consulter ces données avoir une intention ‘pure’. Il faut comprendre intimement l’immense qualité de cette base de donnée, comprendre qu’il s’agit d’un espace extraordinaire et puissant.

Mon expérience

Outre mon étrange perception du temps, je n’ai jamais rien fait pour accéder aux annales akashiques.

Certaines personnes y ont accès spontanément, mais ce n’est pas facile du tout. C’est un cadeau autant qu’un fardeau, une responsabilité. Un fardeau car il faut souvent du temps pour comprendre ce qu’il se passe. Si j’écris mon expérience c’est dans l’idée que peut-être mon témoignage éclairera le vécu d’une personne. Je ne fais pas cela pour ‘promouvoir’ les annales akashiques. Elles n’en ont pas besoin et elles sont à prendre très au sérieux. Si certains accès vous sont proposés avec naturel alors restez ouverts. Si ce n’est pas le cas, sachez que vous passez à côté de bien des complications dans votre vie ! knowledge-1052014_1920.jpg

Les annales akashiques sont arrivées dans ma vie sous forme de ‘visions’. Certains diront de visions de ‘vies antérieures’. Il s’agit sincèrement de tellement plus que cela.

Je vois les parcours de l’âme, ces points d’énergie, de force, ces dispositions naturelles et ces désirs de réalisation. Je vois aussi les expériences passées. Tout vient de cette vision de l’espace-temps que j’ai.

Certains me diront que je vois des vies antérieures. Ce que je vois est pour moi aussi vivant que le présent. Je ne sais pas s’il existe des vies ‘antérieures’. Je sais qu’il existe des mémoires, des vécus. Mais ils sont si vibrants, si vivants qu’ils sont pour moi tout simplement une part différente de la réalité, différente certes mais comme complémentaire à notre quotidien.

Aller plus loin

Il y aurait tant à dire et je reviendrai sur les annales akashiques plus en détails dans d’autres articles. annalak

Daniel Meurois-Givaudan est un auteur que j’apprécie beaucoup pour la qualité de son écriture et son approche très humble de la bibliothèque universelle. Si vous voulez allez plus loin, je vous conseille Les annales akashiques … portail des mémoires d’éternité, aux éditions Le Passe-Monde. S’il y a une personne qui exprime bien le sens du sacré, c’est bien lui !

 

Sophie – Amandine

 

 

 

 

 

 

Web et médiumnité

Un article pour explorer les étonnantes similarités entre web et médiumnité !

Ayant été amenée à travailler dans le milieu de la gestion d’informations, j’ai pris conscience assez rapidement de la similitude et du paradoxe qu’il existe entre la médiumnité et le World Wide Web. La diffusion de l’excellent reportage d’Arte point de repère, Internet les origines du web m’a donné envie d’évoquer ce sujet.

L’hyper-connexion

J’ai dernièrement fait une critique de l’hyper-connexion. J’y avançais l’idée qu’à force d’être connectés au réseaux et aux sollicitations toujours plus nombreuses (mails, réseaux sociaux, instagram etc. etc.) nous nous fragilisons. En effet, nous concentrons alors notre énergie sur l’extérieur et perdons petit-à-petit notre connexion intérieure. C’est pourtant elle qui nous permet de nous lier à notre intuition, au monde, aux sensations subtiles et plus globalement à l’univers tout entier.

Il me semble que l’utilisation à outrance du web nous éloigne de cette capacité à nous connecter à nous-mêmes. Néanmoins je pense aussi, et c’est là un très joli paradoxe, que le web est la meilleure illustration de nos capacités à nous connecter à l’univers. A mon sens, entre web et médiumnité il n’y a qu’un pas.

internetweb

L’ère du web, l’ère du retour à la source ?

A vrais dire, j’irai même jusqu’à faire un parallèle entre l’avènement du web, les changements vibratoires actuels et ce que bon nombre d’entre nous appellent le ‘réveil planétaire’. De plus en plus de personnes prennent actuellement conscience de leur nature vibratoire et spirituelle, des capacités de leur conscience / esprit et du fait qu’il existe plus que le monde matériel.

L’ouverture de nouveaux chakras (ou centres énergétiques) nous propose une évolution de notre perception de l’environnement et de nous-même. Nous sommes invités à passer d’une vision tridimensionnelle à une perception bien plus complète, dans laquelle nous intégrons petit-à-petit et chacun à notre rythme notre nature multidimensionnelle.

Le web invite nos consciences à ce changement de paradigme. Il a déjà transformé fondamentalement nos sociétés, modifié nos perceptions de l’espace-temps, de la communication, de l’instantanéité. La création du cyber-espace nous interroge sur les réalités d’autres espaces de réalités, bien tangibles mais clairement au-delà de la 3ème dimension.eveil

Le web a profondément modifié notre vision du quotidien. Il a permit de mettre en lien, de connecter mais également de nous éloigner d’une vision pyramidale et hiérarchique des interactions sociales.

En tant que médium, je pense que le web est l’illustration parfaite de l’évolution de conscience qui se déroule actuellement. Il rend à des sciences ancestrales telles que le chamanisme des mots-clefs, des images nous permettant de comprendre d’une manière moderne à quel point l’homme est connecté et en lien avec la nature, avec ses semblables et avec l’univers.

Peut-être peut-il nous aider à conceptualiser et qui sait à reprendre contact avec notre dimension sacrée ?

Aller plus loin

Pour aller plus loin, je vous conseille donc le reportage sur la naissance du web d’Arte : Point de repère. Il n’est malheureusement disponible que pour un temps limité !

J’ai conscience que mon article est un peu court pour un sujet aussi vaste. J’espère avoir l’occasion de développer ces impressions dans des articles ultérieurs !

D’ici là, je vous souhaite une très belle fin de semaine,

 

Sophie – Amandine

 

 

 

L’ancrage, pourquoi et comment ?

Qu’est-ce que l’ancrage ?

L’ancrage est lié au premier chakra, le chakra racine également appelé Muladhara chakra en sanskrit. Il est également lié selon moi aux chakras plantaires, deux centres énergétiques qui se trouvent sous nos pieds. racine

Le chakra racine est un centre qui nous permet d’entrer en relation avec tout le côté physique de la vie, être bien dans son corps, bien dans ses baquettes, de sentir son poids, ses jambes sur le sol. Lorsqu’il fonctionne bien il nous offre une sensation de sécurité et de confiance. De l’assurance face aux différentes situations de la vie quotidienne et l’énergie qu’il faut pour y faire face.

Pourquoi rechercher l’ancrage ?

A titre personnel, être ancré permet d’être autonome, énergique et apte à affronter le quotidien. C’est avant tout une ressource énergétique que d’être connecté par le premier chakra. Connecté à quoi ? A son énergie primaire, plutôt animale et sauvage. Une énergie vive qui va devenir de plus en plus subtile à mesure qu’elle monte à travers nos différents chakras. Ainsi, l’énergie de ce premier chakra est une énergie sauvage et  puissante, qui peut nous apporter beaucoup de force. Sur le papier cela peut sembler farfelu et un peu vide.

A mon sens, il faut ressentir physiquement la puissance de cette énergie pour se faire une idée de son intérêt et de sa portée. De nombreuses activités telles le yoga, les arts martiaux ou le QI-gong peuvent nous permettre de l’expérimenter et d’en prendre conscience. Nous sommes fait de cette énergie, elle fait partie de nous. Il nous faut juste apprendre à la ressentir.

Comment améliorer son ancrage ?

Pour être honnête, il y a vraiment des tonnes de méthodes qui vont très bien fonctionner, et chacun aura ses préférences. Aussi, il faut avant tout découvrir ce qui marche pour sois-même. Voici quelques idées très simples pour commencer:

  • marcher en forêt est sans nul doute une des méthodes les plus puissantes. Le mieux est selon moi d’y aller seul et de rechercher consciemment le lien qui nous uni à la terre, aux végétaux et aux espèces animales. On peut toucher un arbre et se fier à son énergie, s’assoir à côté d’un cours d’eau ou encore mieux marcher pieds nus.
  • pratiquer une activité physique, en particulier une activité qui nous apporte une grande conscience corporelle va naturellement améliorer notre ancrage.
  • recevoir un massage des pieds, le top !
  • marcher en prenant conscience des différents déplacements de son poids, de sa voute plantaire et de ses sensations.ancrage.jpg
  • tous les jeux d’équilibres vont instantanément améliorer notre ancrage, par exemple la slackline, la highline, l’accro-yoga, ou les exercices de proprioception.
  • il existe une posture qui permet de s’ancrer avec facilité en toutes situations: debout, les jambes légèrement écartées, le dos droit on plie un peu les genoux. C’est une posture qui fait très cow-boy. Essayez, vous verrez elle dégage de l’assurance !
  • enfin travailler la terre, que ce soit par des activités de poterie ou de jardinage fonctionne extrêmement bien…

 

Sophie-Amandine

 

Chakra du cœur et société

L’éveil du chakra du coeur implique des changements magnifiques mais également de la souffrance et de la solitude, trop souvent occultées. Explications.

Nous voici déjà aux fêtes de Noël et à la fin de l’année 2017. Personnellement, j’arrive à la fin de l’année de manière extrêmement désemparée. Outre les moments durant lesquels je me ‘coupe’ complètement de ma sensibilité, le reste du temps est déprimant. Je vais essayer d’aborder un sujet qui tiendrait plus en un livre qu’en un petit article: la souffrance de voir et de ressentir avec le cœur.

Le chakra du coeur

Aussi appelé Anâhata en sanskrit, le chakra du cœur fait partie des 7 chakras dit ‘de base’. Il s’agit d’un centre énergétique situé à la hauteur de la poitrine. Anâhata est lié à ce qui est habituellement appelé l’ouverture du cœur. L’expression est très explicite. Un chakra du cœur ouvert et tournant correctement nous influence en nous amenant aux dons, aux échanges, à la compréhension et à l’indulgence. Il est aussi responsable des ‘dons’ de guérisons comme par exemple lors de la pratique du reiki. En effet, les bras, les mains et la poitrine sont liés à ce chakra. On dit bien ‘avoir le cœur sur la main‘ !

coeurCes centres énergétiques que sont les chakras sont des sortes de ‘maison’. On peut installer notre conscience dans l’une ou l’autre de ces maisons pour un temps ou pour toute une vie. Que veut dire installer sa conscience dans un chakra ? Cela veut dire que notre conscience se place dans le paradigme de celui-ci. Nous allons expérimenter notre vie, notre réalité depuis ce centre énergétique. Et cette réalité va encore dépendre du degré d’ouverture et d’alignement de ce chakra.

De l’expérience personnelle aux réalités sociales

De mon point de vue, le chakra du cœur est une affaire éminemment politique. Je pense qu’il faut cesser d’agir selon les clivages qui ont pu exister. De plus en plus de personnes ont maintenant accès à des informations subtiles. Il ne s’agit donc plus d’une communauté ‘à part’ mais tout simplement de l’évolution naturelle de l’homme. Et tout ce qui est lisible dans les auras et les énergies a une répercussion dans le monde socio-politique. Je m’explique.

L’évolution naturelle de l’homme est d’évoluer des chakras inférieurs aux chakras supérieurs. Concrètement, cela signifie que nous passons de l’expérience de paradigmes liés aux questions de survies, de luttes et de pouvoir à des paradigmes disons ‘plus élevés’. Le chakra du cœur est une véritable porte, une sorte de sas, un élément clef de la constitution énergétique de l’homme. Ouvrir cette porte du cœur mène à une profonde révolution intérieure. Lorsque l’on expérimente sa vie depuis le cœur il devient difficile de s’intégrer et de se retrouver dans les valeurs promues dans une société telle que la notre. Si notre conscience est dans le cœur, nous allons aspirer à plus de respect, moins de violence, plus de droits humains. Cette révolution intérieure est à la fois belle et puissante et profondément dévastatrice. S’éveiller au cœur dans un monde dominé par une compétitivité de plus en plus accrue, par l’élitisme, la mise en valeur des personnalités égocentriques et agressives est pour beaucoup une souffrance. Normal.

En sois, l’éveil de ce chakra porte donc un potentiel de changement extraordinaire. Le paradigme du cœur est quelque chose attendu par nombre d’entre nous. Maintenant, soyons clair sur deux points essentiels:

une personne vivant par le cœur va dans bien des milieux se faire malmener et étiquetée de ‘fragile’. Cette sensibilité risque d’être prise pour de la faiblesse. Qui dit faiblesse dans notre société dit risques. De rejet, d’échec, de mobbing, de harcèlement ou tout simplement de se sentir seul, isolé et à côté de la plaque par rapport au contexte.

– la deuxième chose est qu’il faut bien comprendre qu’une grande partie de la société fonctionne encore selon d’anciens paradigmes (celui du chakra du plexus solaire en général) dans lesquels les valeurs du cœur sont tout simplement perçues comme absurdes et ridicules. Actuellement, une partie de la population joue sa vie selon des règles telles que ‘la lois du plus fort’ et l’autre selon des attitudes de dons et d’échanges. Tout ça est pour le moins explosif.

Sortons des visions béatifiantes

On se retrouve grossièrement prit entre deux directions: d’un côté un monde de ‘requins’, un monde ultra compétitif et agressif et de l’autre une quantité de plus en plus grande de sources et informations nous avançant que l’évolution spirituelle va nous sortir de la souffrance et nous amener au bien être absolu.

Cette deuxième tendance nous pousse à l’ouverture du cœur. Ce qui en soit est très bien, soyons clair. Mais dans de nombreux cas, ces médias nous invitent à une ouverture du cœur plus proche de l’infantilisation que de la connaissance. Trop souvent, on n’évoque pas la souffrance qu’engendre l’activation du cœur chez quelqu’un. Voir le monde depuis le cœur implique une prise de conscience des souffrances, des injustices et de l’absurdité des jeux de pouvoirs qui sont présents PARTOUT autour de nous. Au quotidien, c’est extrêmement difficile de rester centré dans le cœur. Ce n’est pas le bien-être absolu, c’est même dans de nombreux cas une crise dépressive profonde. Pourquoi le mal être du cœur n’est-il jamais évoqué ?

Un seul mot: être maintenu dans l’illusion d’un bien-être individuel et égocentrique qui n’amènera jamais à la remise en cause profonde du contexte socio-politique actuel.

Soyez attentifs aux messages véhiculés par tous les médias à propos de l’évolution spirituel ou du bien être. N’en devenons pas insensibles au monde.

Ne fermons pas les yeux sur la véritable ouverture du cœur, sur son véritable potentiel. Ne laissons pas seules toutes les personnes qui observent le monde depuis ce centre énergétique et qui au lieu de s’épanouir dans le bien-être tels qu’elles seraient censées le faire selon les médias actuels, se retrouvent désespérées et à bout de souffle. Un changement de paradigme passe aussi par la prise de conscience des souffrances causées dans les anciens paradigmes. L’éveil du cœur doit nous amener à la conscience et à la clarté.

Et il n’y a, selon moi aucune prise de conscience si celle-ci ignore les souffrances.

 

Sophie-Amandine

 

 

 

 

Métier d’homme / métier d’âme

Aujourd’hui, un partage un peu spécial qui m’est venu subitement. Je pense que nous sommes nombreux à ressentir ou avoir ressenti une frustration et une incohérence au niveau de notre activité professionnelle. L’impression solide que ce que l’on fait au quotidien ne correspond pas ou plus à notre être.

J’ai été la première à être perdue à ce niveau là. En effet, il me semblait devoir me ‘glisser’ dans une sorte de rôle quotidien, une sorte d’enveloppe terrestre qui ne correspondait mais alors en rien à mon état intérieur. Comme si intérieur et extérieur n’avait absolument rien à voir. Que faire alors ?

Le métier d’homme

Cette frustration est souvent profonde, intérieure, intime. Même si nous avons un job intéressant cela n’empêche en rien de se sentir déconnecté. Nous sommes nombreux à désirer harmoniser l’être et le faire. Agir comme un robot pré-programmé n’a plus grand sens. Peut-être étions-nous satisfaits durant des années. Peut-être un jour nous ‘réveillons’ nous et découvrons que notre activité nous est comme étrangère. Peu importe le temps, les durées, les contextes. La vérité est que se sentir en décalage avec ses actes et activités est une souffrance intérieure.métier_homme

Durant longtemps, j’ai pensé sincèrement que j’étais obligée de faire un métier réaliste  pour la société mais que j’allais en souffrir. Souffrir de cette incohérence. J’ai tapis mes rêves et aspirations bien à l’ombre au fond de mon cœur, imprégnée de l’idée qu’il n’y avait pas de place pour mes aspirations profondes.

Pourtant, l’être humain a besoin de se sentir en cohérence intérieure.

Les deux niveaux d’une même réalité

Hors, il m’est donné d’apercevoir maintenant une toute autre réalité. Je vais particulièrement évoquer la difficulté de ceux qui ont pour état d’être profond une composante difficile à intégrer dans un parcours professionnel: je parle des médiums, des guérisseurs, des thérapeutes innés, des clairaudiants etc. etc…

Autant dire que si vos facultés intuitives font partie de cette gamme, ce n’est pas l’office d’orientation de la région qui va vous aider à vous sentir en cohérence profonde avec votre métier. Raté.

Le premier fait a prendre en compte est que notre société ne nous donne pas de place toute préétablie, confortable et facile d’accès.

Maintenant, le second fait est que l’être émane son expression profonde. Si vous êtes, par exemple guérisseur, votre corps, votre être tout entier ne va cesser d’émaner ce que vous êtes y compris vos ‘dons’ spécifiques. Ce sera peut-être mal compris ou maladroit car placé dans des contextes incapables de recevoir ce genre de capacités. D’où les nombreuses difficultés de parcours de cette famille d’âme. Ce n’est pas vous le problème. Le problème c’est qu’en Occident en général, les âmes guérisseuses ont une place sur le plan de l’âme mais pas sur le plan humain. Sur le plan de l’être vous êtes parfaitement aligné. Sur le plan humain, votre alignement n’est pas forcément évident.

Le métier d’âme

Le métier d’âme est l’activité ou les activités en alignement parfait avec l’être.

Je parlais avant de deux niveaux d’une même réalité. Vous allez voir que si vous suivez petit-à-petit vos aspirations au niveau de l’âme des tas de choses vont se mettre en place. Car sur ce plan là, tout fonctionne à souhait. Votre présence sur terre est vraiment la bienvenue (on attend même que ça, soyons honnête).

Ce qui est rigolo, c’est que ce qui est vrais sur un niveau l’est forcément sur l’autre. Mais d’une autre manière. Aussi votre vérité et vocation d’âme peut s’ancrer dans la réalité matérielle de différentes manières, qui seront toutes aussi pertinentes pour vous. Je vais vous donner mon exemple. Sur le plan du ‘métier d’âme’ je suis médium et lecteur d’âme. Ma spécialité est de m’occuper des mémoires akashiques, que l’on nomment aussi bibliothèques de la terre. Au quotidien, je travaille dans une ‘vrais’ bibliothèque.

Vers une nouvelle cohérence professionnelle

mutombo

Pour tous ceux qui font partie de cette étrange famille d’âme de guérisseurs et médiums l’accès à une cohérence professionnelle peut s’avérer particulièrement difficile. Néanmoins ne perdez pas espoir. Exprimez au mieux votre vérité. Ayant confiance en vos impressions, vos envies et ce qui est vrais pour vous.

Plus vous serez en cohérence intérieure avec votre âme, plus cette cohérence descendra sur le plan humain. Le plan humain est ce que j’appelle notre empreinte, c’est-à-dire la manifestation des autres plans. Le métier d’âme, lorsqu’il accepté pleinement finit par se matérialiser d’une manière au l’autre et souvent de plusieurs manières différentes. Et les correspondances seront là, vous permettant de vous sentir justes.

Pour aller plus loin

Le livre de Gregory Mutombo, la symphonie des ames. est un livre incroyable. L’auteur fait sans arrêt des parallèles entre les différents plans. C’est un livre à la fois spirituel et totalement ancré dans la matière et le monde actuel. Top !

 

 

Critique de l’hyper-connexion

L’hyper-connexion actuelle nous pousse à vivre notre quotidien depuis ‘l’extérieur’. Orientation paradoxale qui nous fait oublier l’importance de notre connexion intérieure et individuelle.

hyperconnexionSociété de consommation. Publicité. Télévision. Médias sociaux. Présence virtuelle sur les réseaux.

Tous ces éléments ont une chose en commun du point de vue énergétique: nous nous oublions. Notre esprit est focalisé, empêtré dans un dédale de messages et de suggestions. Chaque jour, c’est une multitude d’informations qui nous viennent. Nous vivons notre monde ‘par l’extérieur‘.

Extérieur / intérieur

Vivre son monde ‘par l’extérieur‘ c’est orienter son attention sur l’environnement externe. C’est quelque chose de normal, bien entendu car nous avons besoin de sociabiliser, de nous rendre sur notre lieux de travail etc.

Qu’en est-il de l’intérieur ? De ce que VOUS ressentez dans votre CORPS ? De votre ressentis corporel et émotionnel ? Nous pouvons aussi vivre depuis l’intérieur, c’est-à-dire en nous centrant à l’intérieur de sois. Depuis notre centre, nous sommes en contact avec notre guidance intérieure autrement dit notre intuition. Le centre permet de prendre des décisions et d’agir en conscience.

Une société de l’extérieur

Notre société nous pousse constamment à nous décentrer et à nous placer à l’extérieur de nous-même. Résultat, il est de plus en plus difficile de s’écouter, d’entendre sa voie intérieure. Certaines personnes ne comprendront d’ailleurs pas cet article, comme je ne l’aurais pas compris il y a quelques années. Mon esprit était alors uniquement tourné vers ma réalisation professionnelle, les exigences des autres et tout ce que je voyais autour de moi. Je n’avais aucune conscience personnelle.

Le danger ? Il vient lorsque nous sommes TOUT LE TEMPS tourné vers l’extérieur. Comme je le disais, c’est humain et normal d’être ainsi, surtout dans une société telle que la notre. Mais s’éloigner ainsi de notre centre nous coupe de nos ressources intérieures. Nous avançons à vue, nous perdons le fil, nous perdons le sens.

Une société connectée, oui mais à quoi ?

Soyons clairs, j’aime le web. Je ferai d’ailleurs à ce sujet un prochain article sur la similitude entre le web et la pensée chamanique. Je pense que le web est une sorte d’alegorie du changement vibratoire planétaire.

Je critique néanmoins notre surconsommation de connexion. Nous sommes poussés à nous perdre dans les réalités virtuelles. Instagram est un bon exemple de notre dépendance grandissante à notre image ‘extérieure’. Difficile d’être sois-même pour sois dans ces conditions. Difficile d’être à l’écoute. Le monde entier devient critique, voyeur, juge.

Nous sommes poussés à nous connecter au monde, à l’univers, au virtuel, aux autres. C’est une connexion énergivore, car décentrée.

Un subtil paradoxe

En tant que médium, je suis persuadée que l’être humain est tellement plus que ce que nous croyons, pour la plupart être à l’heure actuelle. Nous sommes des êtres spirituels infiniment capables et dotés de ressources extraordinaires.

Encore faut-il pour cela être ancré en sois. Pouvoir écouter sa voie intérieure. Cette surconsommation de médias sociaux, cette société qui nous pousse à tous ‘sortir de nous-même‘ nous déconnecte et nous fragilise. On nous vend l’hyper-connexion. Le lien et le réseau sont des mots clefs de notre génération.

Quel étrange paradoxe ! Cette hyper-connexion déconnecte les êtres humains. Nous avons AUSSI une connexion intérieure au niveau de l’être. Connexion qui passe en premier lieu par la connexion à son corps, à ses émotions, à la conscience de son état intérieur.

Aller plus loin:mediter agir.jpeg

Le livre Méditer puis agir, Youki Vattier offre une très jolie critique de cette hyper-connexion, qui est même nommée infobésite dans le texte.

En plus, c’est un livre magnifiquement illustré. A lire !

 

Sophie-Amandine